Les missions locales veulent être le service public territorial de l'insertion des jeunes

28/10/2019
Les missions locales veulent être le service public territorial de l'insertion des jeunes

- Article de la banque des territoires

Les missions locales veulent être le service public territorial de l'insertion de tous les jeunes âgés de 16 à 29 ans. Elles le disent haut et fort dans une motion adoptée le 25 septembre 2019 lors de l'Assemblée générale de l'Union nationale des missions locales (UNML).

Etre reconnues comme le service public territorial de l'insertion de tous les jeunes âgés de 16 à 29 ans. C'est ce que demandent les missions locales, dans une motion adoptée le 25 septembre 2019 lors de l'Assemblée générale de l'Union nationale des missions locales (UNML). Le service public de l'insertion est prévu dans le cadre de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, lancée le 13 septembre 2018. Son but : assurer sur tout le territoire un suivi dans ce domaine, chaque bénéficiaire pouvant accéder "à un lieu unique, un guichet simple, doté d'une gouvernance unique", selon les mots du président de la République. Les missions locales revendiquent la compétence dans ce domaine pour les jeunes. Un rôle qui paraît acquis, si l'on en croit les affirmations de Clément Cadoret, conseiller à la délégation interministérielle à la prévention et à la lutte contre la pauvreté. "Les missions locales ont été à l'avant-garde de la stratégie pauvreté", a insisté le conseiller lors de l'assemblée générale, insistant sur leur rôle dans la montée en puissance du parcours contractualisé d'accompagnement vers l'emploi et l'autonomie (PACEA), le nouveau cadre contractuel de l'accompagnement des jeunes, dont les crédits ont été portés à 48 millions d'euros en 2019. "Depuis un an, et surtout depuis janvier 2019, les missions locales ont été en capacité de répondre à l'augmentation", a précisé le conseiller, soulignant les attentes pour l'an prochain, le PACEA bénéficiant d'une nouvelle augmentation de près de 20 millions d'euros.

Lire la suite de l'article